Botanic boute le Roundup hors de ses magasins

Botanic« Depuis le début de cette année, nos magasins français ne vendent plus de pesticides et d’engrais chimiques », explique Luc Blanchet, le président de Botanic. L’enseigne a ainsi sorti le Roundup de ses linéaires. Produit vedette de l’américain Monsanto, prosélyte décrié des OGM, ce pesticide à base de glyphosate a fait l’objet de publications scientifiques dénonçant les risques pour la santé induits par son utilisation. Et pour apprendre aux jardiniers à se passer de ces produits « miracle », Botanic a mis sur pied un dispositif de formation d’envergure.

« La préoccupation environnementale est inscrite dans nos gènes », insiste Luc Blanchet. Elle figure dans la première charte de l’entreprise qui, dès 1998, a lancé un terreau sans tourbe. Mais cette fois, le distributeur numéro quatre sur le marché des jardineries, derrière Gamm Vert, Jardiland et Truffaut veut aller plus loin. Il a défini un plan à trois ans, résultat d’un projet travaillé en amont avec ses acheteurs, des associations et le cabinet Utopies, spécialisé en développement durable.

Supermarchés bio
Fort de 25 engagements, ce programme prévoit notamment d’atteindre d’ici à 2010 l’objectif de 100 % de fournisseurs de végétaux certifiés MPS, 100 % de produits en bois exotiques certifiés FSC ou garantis TFT, ou encore de zéro pile jetable vendue, et zéro PVC dans les produits pour lesquels il existe une alternative fiable. « Cet automne, nous réunirons à Lyon nos quelque 1.000 fournisseurs, annonce Luc Blanchet, car il faut construire l’offre ensemble. »Dès ce printemps, les premiers produits émanant d’une filière bois montée depuis un an au Cameroun avec les Amis de la Terre arriveront en magasin.

Parallèlement, Botanic va déployer son nouveau concept de magasin testé sur le site pilote de Gaillard, à deux pas du siège d’Archamps, proche de la frontière suisse et de Genève, et déjà implanté à Suresnes et Villeurbanne. Affichant une croissance à deux chiffres, ces points de vente proposent, en plus de l’espace jardinerie-animalerie, un supermarché bio, une offre de cosmétiques naturels et de produits d’entretien écologiques, une librairie (conçue dans le cadre d’une alliance stratégique avec Actes Sud) et un café « philo écolo ».

Dans certains de ses points de vente, l’enseigne commence à proposer un espace librairie, un supermarché bio et un café « philo écolo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>