VICTOIRE – Refuser les pesticides n’est PLUS un crime !




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Communiqué de Agir pour l’environnement.
Les bonnes nouvelles en matière écologique sont suffisamment rares pour être saluées comme il se doit.

Emmanuel Giboulot, viticulteur bio, qui s’était illustré en refusant de se soumettre à un arrêté préfectoral l’obligeant à épandre des pesticides pour lutter contre la flavescence dorée, a été relaxé par la cour d’appel de Dijon.

Menacé, en première instance, d’une peine de 1000 euros d’amende (dont 500 euros avec sursis), Emmanuel Giboulot a interjeté appel en considérant que refuser de polluer ne pouvait faire l’objet d’une condamnation, même symbolique.

Une nouvelle fois, un lanceur d’alerte a réussi à faire plier un État qui, par la voix d’un préfet, estime que les vieilles recettes du productivisme agricole seraient encore la seule et unique méthode à appliquer unilatéralement.

Par son opposition déterminée, Emmanuel Giboulot a mis en lumière l’extrême incohérence d’un État. Alors qu’au niveau national, les nouvelles législations visent à une division par deux de l’utilisation des pesticides d’ici 2018 et interdissent l’usage des pesticides par les collectivités d’ici à la fin 2016 ; localement les viticulteurs seraient contraints de recourir à des produits toxiques.

Alors que la France est encore dans le trio de tête des pays les plus utilisateurs de pesticides, il est grand temps de changer de modèle et de s’engager pleinement dans une transition agricole et alimentaire.

De plus en plus de citoyennes et citoyens engagés réclament une alimentation de qualité et une agriculture biologique. Face à cette demande sociale grandissante, il est plus que temps que le gouvernement adopte des mesures fiscales et règlementaires fortes visant à amplifier et soutenir l’émergence d’une agriculture biologique locale, accessible à toutes et tous.

Le combat d’Emmanuel Giboulot et de bien d’autres lanceurs d’alerte nous démontre chaque jour un peu plus que la mobilisation citoyenne alliant ténacité et créativité, conduit parfois à des succès. Au regard de l’énergie déployée pour obtenir ces victoires, ne boudons pas notre plaisir.

Merci à toutes celles et ceux qui luttent pour une planète vivable :)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>