Le Collectif Roundup Non Merci « décontamine» le Castorama de Saint-Nazaire

Le 27 juin 2015 - Samedi, 14h, nouvelle intervention de militants du Collectif « Roundup Non Merci »pour une « opération de décontamination » du Castorama de Saint-Nazaire.

Protégés symboliquement par combinaison blanche, masque et gants, ils ont transféré la totalité du roundup dans des caddies marqués « Produits dangereux ».

« Nous aidons ce magasin à se débarrasser de ce produit nocif pour la santé de tous », déclare un sexagénaire. « Beaucoup d’enseignes ont déjà retiré le Roundup de leurs rayons, Castorama s’honorerait à le déréférencer aussi», ajoute une jeune femme . De fait, Auchan, Botanic, 10 Leroy-Merlin du Nord et 42 Leclerc de Bretagne l’ont déjà retiré. «  Nous apportons notre soutien à Mme Royal, Ministre de l’écologie, qui a annoncé le 15 juin qu’elle veut interdire la vente libre du Roundup » renchérit un autre. Le Collectif interpellera, partout en France, les enseignes qui le proposent à leurs clients. Castorama, leader du bricolage en France, est aussi l’un des plus grands fournisseurs du pesticide.

Plusieurs études scientifiques ont révélé la grande toxicité du glyphosate, composant principal du Roundup, aggravée par un détergent qui en facilite la pénétration dans les cellules, polluant l’eau potable : selon des tests urinaires , 44 % des Français en ingèrent.

Une agence de l’OMS, le Centre International de Recherche sur le Cancer a classé l’herbicide dans la catégorie 2A, c’est-à-dire « cancérogène probable ».

« Le danger est bien connu des Pouvoirs Publics, fait remarquer le Collectif, mais les mesures prises sont trop lentes » :

La Loi Labbé prévoit d’interdire aux jardineries la vente de pesticides en …. 2022 !

Stéphane Le Foll a annoncé qu’il n’autoriserait plus l’accès libre du Roundup à partir de 2018, S.Royal a juste voulu devancer ce délai.

« Ce que nous voulons c’est le retrait immédiat, total et définitif, concluent les militants. Quel sens aurait un simple encadrement de la vente ? Il faut l’interdire, cesser de le fabriquer, promouvoir les alternatives au Roundup, apprendre à nous en passer, cesser de nous empoisonner pour les intérêts d’une multinationale ».

Le collectif a demandé à voir le directeur pour qu’il signe un engagement . Étant absent et sans représentant apte à prendre cette responsabilité, les « décontamineurs » ont menacé de partir avec les bidons pour la déchetterie de Cuneix, vite bloqués par des agents de sécurité, eux-mêmes rejoints par la police pour trouver une solution. Discussion et négociation n’ont empêché ni la distribution de tracts, ni l’échange avec une clientèle approbatrice. Bilan: les bidons restent à l’écart des rayons, le collectif obtient la promesse d’un nouveau contact avec la direction , il se disperse non sans avoir tenu un piquet d’information aux portes du magasin avec des panneaux « Danger Pesticides ».

Pour toute information complémentaire : www.roundup-non-merci.fr

Contact: roundup.nonmerci@gmail.com

Sur cette action du 27 juin 2015 à Saint-Nazaire : 06 33 82 67 23

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>